Garderie Nationale

18 mai 2 Commentaires Catégorie: Non classé

Mes enfants, ces chers anges, sont encore en école primaire.

Mais le hasard me conduit à prendre connaissance de bulletins scolaires d’un collégien de 6ème.

Et autant vous l’écrire tout de suite : l’avenir me fait peur…

Je ne sais ce qui m’inquiète le plus, entre le compte-rendu des apprentissages accomplis pendant le semestre (édifiant quant au niveau attendu des élèves) et l’utilisation, à destination des parents, d’un jargon professoral des plus abscons. Bon courage aux parents ne maîtrisant pas, ou mal, la langue de Molière, a fortiori, celle de l’Education Nationale française…

A tout seigneur, tout honneur : commençons par le français, justement.

Si j’en crois le bulletin, les éléments de programme travaillés durant la période du 1er trimestre sont : « acquérir la structure, le sens et l’orthographe des mots. Maîtriser les relations entre l’oral et l’écrit (?). Ecrire à la main de manière fluide et efficace ».

On part de très loin…en 6e l’on apprend donc l’orthographe censée être maîtrisée dès le primaire…et à écrire « à la main » !! Si si. A croire que les années de maternelle, CP, CE1, CE2…n’auront servi à rien…

Au 2ème trimestre, les objectifs se compliquent sérieusement :   »analyser la phrase simple », « parler en tenant compte de son auditoire », « prendre en compte les normes de l’écrit » (?), mais aussi le plus abscons « résister au plus fort: ruses, mensonges et masques » (?!)
Le professeur apprendrait-il aux élèves à mentir (ce que les miens savent très bien faire quand je leur demande qui a mangé ma tablette de chocolat au lait), à ruser, pour « résister au plus fort » (?).  Mais l’on veut en faire des avocats ! Et qu’est-ce que cette histoire de masques ?!

En anglais, il aura fallu un trimestre entier pour « savoir parler de soi : nom, nationalité, frère, soeur, animal, adresse. « 

En géographie le travail du trimestre était de « nommer et localiser les grands repères géographiques ». En gros, connaître les 5 continents et ne pas confondre l’Afrique avec l’Europe, sous peine de finir dans une émission de téléréalité.

En arts plastiques il était attendu des élèves de « formuler une expression juste de ses émotions, en prenant appui sur ses propres réalisations plastiques, celles des autres élèves et des oeuvres d’art. Repérer, pour les dépasser, certains a priori et stéréotypes culturels et artistiques. » En d’autres termes, ne surtout pas dire que « l’art » moderne est une escroquerie, savoir s’extasier devant une trompette rouge et un extincteur jaune posés sur un lit, se montrer bienveillant avec les productions de ses petits camarades. Un cours certainement complémentaire avec le « ruses, mensonges et masques » abordé en cours de français.  Tu trouves que la « réalisation plastique » de ton pote Kevin ne représente rien si ce n’est une merde immonde ? Dis « il y a de l’idée, c’est de l’art ». Et tu auras 20.

En éducation physique et sport il est demandé, tenez-vous bien, d’ « adapter l’intensité de son engagement physique à ses possibilités pour ne pas se mettre en danger. »  Faut surtout pas forcer ! Pas de dépassement de soi ! Avec de tels objectifs, j’aurais eu 20 en sport. (Bravo à l’OM d’avoir respecté cette consigne à la lettre mercredi dernier. Et après l’on s’étonnera de perdre… « Certes, j’ai pris 3-0 mais j’ai bien su adapter l’intensité de mon engagement physique avec mes possibilités pour ne pas me mettre en danger ! » (Valère Germain)
Il est prévu aussi d’ »adapter sa motricité à des situations variées ». En d’autres termes : savoir marcher et courir quand on vous le demande.
Mais également, « assumer les rôles sociaux spécifiques aux différentes APSA (?! ) et à la classe : joueur, coach, arbitre, juge, médiateur, organisateur »…
Il y a aussi « filmer une prestation pour la revoir et la faire évoluer ». Toujours utile, à mon avis les vidéastes amateurs sur le site « Jacquie et Michel » ou sur « Voissa » ont eu ce professeur d’éducation physique ! Encore que visiblement, certains aient zappé la consigne d’adapter leur engagement physique à leurs possibilités, pour ne pas se mettre en danger…

En éducation musicale il a été demandé à nos chères têtes blondes (ou brunes) d’ « expérimenter les paramètres du son et en imaginer les conséquences des utilisations possibles. »
bref, savoir qu’on peut crier, chanter, moduler sa voix…
Egalement de « mémoriser et chanter par cœur un chant appris par imitation » (ma fille le fait déjà en CP). Mozart, Verdi, Bach, Chopin, sont manifestement très loin.

Quant au prof de maths, il a enseigné au 1er trimestre  les droites parallèles et perpendiculaires ainsi que le compas. Au 2e trimestre, ce furent la multiplication et la divisibilité. Mais que diable ont-ils donc appris en primaire ?
Ce même professeur, de mathématiques donc, numérote les apprentissages mais passe de 4 à 6 sans passer par 5…

En SVT, une seule appréciation : « bel herbier ». C’est à espérer, vu qu’il aura fallu un trimestre pour le composer et ne rien faire d’autre apparemment.

Mes yeux et mon cœur de père, saignent à la lecture de ces bulletins.

Et après l’on s’étonnera de nos piètres résultats au classement PISA et autres…

Mon cœur de contribuable, souffre également.

Combien ça coûte, déjà, cette plaisanterie ?

  1. Pourriez-vous partager ce bulletin en anonymisant les noms ?
    Je suis vraiment surpris.

    Mat 18 mai 2018 à 15 h 20 min Permalink
  2. C’est tellement cela !
    « Et ça continue encore et encore, c’est que le début d’accord d’accord… »

    Aimée 20 mai 2018 à 7 h 54 min Permalink

Répondre à Mat

Commenter Gravatar

Je suis con ou bien... ? |
VICTOR OJEDA-MARI AUTEUR ET... |
Désintoxicateur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Réseaux Sociaux
| EN AVOIR OU PAS
| Actions populaires françaises