Les nouveaux fachos

21 mai 0 Commentaire Catégorie: Non classé

Ils sont parmi nous. Partout.

Ils ne sont certes pas nés d’hier, et n’ont pas surgi du jour au lendemain ; simplement, le réac bourré du coin du comptoir ou le tonton « aux idées bien arrêtées » qui « animait » les réunions de famille, ont vu leur auditoire et par la même leur pouvoir de nuisance, décuplés.

Sur les réseaux sociaux, lâchement masqués, à l’abri d’un pseudo, devant leur ordinateur. Mais aussi à visage découvert, sur nos écrans de télévision, sur des scènes de spectacle.

Ils honnissent la différence.

Ils insultent avec une rare violence, ceux qui ont l’outrecuidance de leur déplaire ou de ne pas penser comme eux.

Les « masqués » se retranchent derrière la liberté d’expression dont il n’est pas inutile de rappeler qu’elle n’est pas absolue mais connaît certains garde-fous : la diffamation, l’injure, l’antisémitisme, le racisme, constituent non des opinions, mais des infractions sanctionnées pénalement.

Les « visibles » se disent polémistes, humoristes. Leur « public », l’audimat, leur garantissent l’immunité, l’impunité…

Samedi soir, « masqués » comme « visibles » étaient de sortie.

Ils ont un point commun : ils partent du principe qu’un personnage public est un punching-ball ; que parce qu’il s’expose, il est voué à en prendre « plein la gueule ». Lui, mais également, tant qu’à faire, sa famille : son conjoint, ses enfants…z’avaient qu’à choisir un autre mari, une autre épouse, un autre père…

Côté « masqués », une journaliste, Vanessa Burgraff, a « pris cher » sur les réseaux sociaux.

Certes sa prestation dans l’Emission « On N’Est Pas Couchés » n’a pas été des plus flamboyantes. Bien entendu, elle a été à juste titre, recadrée par Najat Vallaud-Belkacem, pour avoir maladroitement, basé ses questions sur des « fake news », des « rumeurs du web », souvent alimentées par la « fachosphère ».

Vanessa Burgraff a connu son moment de solitude, sa petite humiliation personnelle, à l’occasion de ce débat, et il eut été raisonnable d’en rester là.

Mais c’était compter sans les nouveaux fachos.

Son nom devint rapidement l’une des « tendances » les plus partagées sur Twitter. Outre des critiques justifiées, un torrent d’injures s’abattit sur la susdite. Certains poussant même jusqu’à la traiter de « pute ».

L’on perçoit ici par-delà le caractère bassement injurieux, tout le côté sexiste de l’attaque. Car placé dans la même situation, je doute qu’un Yann Moix fut traité de prostitué. Mais Vanessa Burgraff est une femme, blonde qui plus est. Double raison de s’en prendre à elle, chez les nouveaux fachos.

Côté « visibles », ce samedi, c’était soir de fête.

Le Service Public leur a offert une tribune.

Sur France 2, sous couvert d’un « grand show de l’humour ».

Cette fois, non seulement les personnages publics, mais également leur famille proche, ne furent pas épargnés.

Des « humoristes » se sont acharnés sur Brigitte Macron et René-Charles Dion, fils de Céline

S’agissant de René-Charles Dion, l’imitateur Laurent Gerra déclara avec la voix de sa mère : « René Charles est en pleine crise d’adolescence, il passe des heures dans la salle de bains… Il ne sait rien faire de ses dix doigts mis à part se tripoter le machin, il en met partout, ça fait un foutu geyser » (sic)

Au-delà de l’aspect « classieux » de la saillie, l’on se rappellera que René-Charles Dion est juste le fils d’une vedette internationale mais qu’il ne s’expose pas personnellement, qu’à ma connaissance il est encore mineur, et qu’il a perdu son père récemment.

Quant à Brigitte Macron, épouse du Président de la République, les piques insultantes et dégradantes qui lui furent destinées tout au long de la soirée, donnent la nausée.

Passe encore sur l’imitation d’Emmanuel Macron par Laurent Gerra, sous les traits d’un enfant à l’Ecole des Fans déclarant : « j’ai une copine à l’école. C’est la maîtresse ! »

Mais était-il acceptable de s’en prendre au physique de Brigitte Macron ?

Régis Mailhot :  « quand je te vois au bras de ton manager…la dame toute maigre qui s’est fait poser une botte de paille sur la tête, c’est qui ? »

Bernard Mabille : « Macron, le Peter Pan de la politique française ! La tête de la fée clochette…entre Iggy pop et Patrick Juvet !  C’est une copine de Brigitte qui a offert le champagne à la Rotonde…la veuve Cliquot ! »

Brigitte ne fut pas la seule à subir pareille attaque sur son physique. Anne Roumanoff, oui, une femme, se laissa aller à pareille bassesse concernant l’épouse de Donal Trump : « la dernière fois qu’elle a éternué elle a une fesse qui a éclaté. On voit bien qu’elle est dans le bâtiment, elle a déjà fait des travaux de ravalement ! »

Etait-il de bon ton de railler la différence d’âge entre Emmanuel Macron et son épouse ?

Anne Roumanoff : « une plus toute jeune qui se tape un jeune beau riche »

Régis Mailhot : «avec Macron on a un fils qui couche avec sa mère »

Laurent Gerra, avec la voix de Jack Lang : « vive les cougars blondes ! »

Bernard Mabille : « il est sept fois grand père sans avoir fait d’enfant ! Elle est cougar, mémère, elle est cougar, non ?! »

Un polémiste, Eric Brunet, alla encore plus loin dans l’abjection, dans une autre émission, en qualifiant Emmanuel Macron de « gérontophile »

Madame Macron et son mari devront-ils subir cela pendant encore cinq ans ?

Pour que la « fête » fut complète, il manquait la traditionnelle saillie homophobe, cerise sur ce bien indigeste gâteau. Elle survint via Laurent Gerra, coutumier du fait, évoquant le goût d’Emmanuel Macron pour les « chanteuses à la mode, comme Line Renaud et…Stéphane Bern ». Fermez le ban.

Ce n’est que de l’humour ! Non aux censeurs ! vive la liberté d’expression ! Me direz-vous.

Dans notre société de plus en plus violente, « l’humour » tel qu’il se pratique et que l’on voudrait le définir, a bien changé. Il sert désormais d’alibi à l’exutoire des pires méchancetés.

Il est insidieusement passé de la gentille farce à la satire cruelle, pour se parer des atours de l’humiliation.

Sous le vocable de « l’humour », des personnes jouent à se « persécuter » et filment leurs « exploits ». L’on vit ainsi sur le net,  un frère enduire de piment, les tampons hygiéniques de sa sœur…et la susdite se venger en déféquant dans les draps du frérot.

Des parents américains se firent retirer la garde de leurs enfants, après avoir diffusé des scènes humiliantes où ils les accusaient à tort de vol, par exemple…pour le simple « plaisir » de les faire pleurer (et de faire marrer tous ceux qui sont aussi imbéciles qu’eux).

Cela me rappelle une scène où un chroniqueur était « piégé » par l’animateur principal, qui lui faisant croire qu’il était responsable de la mort d’un homme…

Faire mal à autrui ? De l’humour.

Humilier un homo en le piégeant avec une fausse annonce de rencontre sur internet pour ensuite le balancer à l’antenne, à une heure de grande écoute, à son insu ? de l’humour, vous dis-je.

Aujourd’hui, je suis colère.

Parce qu’un client homosexuel vient de me consulter samedi : des gamins, prenant exemple sur Cyril Hanouna, ont reproduit sa « farce » avec lui. L’ont piégé avec une fausse annonce sur internet. Pour lui dire ensuite qu’ils l’avaient enregistré, pour l’insulter de « sale pédé » et le menacer.

Mais c’est de l’humour, à ce qu’il paraît.

Ces pseudo-humoristes et nouveaux fachos, ne sont que des chenilles hideuses, qui souillent les plus jolies fleurs, en laissant sur elles, la trace dégoûtante de leur écume.

Ecrivez un Commentaire

Commenter Gravatar

Je suis con ou bien... ? |
VICTOR OJEDA-MARI AUTEUR ET... |
Désintoxicateur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les Réseaux Sociaux
| EN AVOIR OU PAS
| Actions populaires françaises