CE QUE J’AI VU

15 juillet 0 Commentaire Catégorie: Non classé

Le 14 juillet 2016 à 22 heures 30, je n’étais déjà plus devant mon/mes écran(s)

 Je m’étais sagement couché en prévision de la journée de travail du lendemain, bercé par le concert diffusé par France 2 et sans attendre le feu d’artifice.

 J’avais juste pensé en voyant toute cette foule, sur les champs Elysées, puis devant la Tour Eiffel, qu’un terroriste aurait pu y faire un carnage, mais que Dieu merci, nous étions bien protégés, et que le fait que tout se passe bien en constituait la preuve, après un Euro de football sans souci de ce côté-là.

 Je m’étais couché souriant, la tête emplie de flonflons et de tricolore.

Puis dans la nuit, je me suis réveillé.

 Je me suis rendu à la salle de bains, guidé par la lueur de mon téléphone portable, pour ne pas réveiller mon épouse et mes enfants, dormant comme des bienheureux.

Sur place, j’ai consulté négligemment, les réseaux sociaux.

 Et là, tout a basculé.

 Depuis, j’ai vu, ce que je n’aurais jamais voulu voir.

J’ai vu des chaînes de télévision rivaliser d’indécence, sacrifiant l’humanité sur l’autel du Dieu audimat,

Oui, j’ai vu un journaliste interviewer un homme aux côtés du linceul de sa femme morte.

J’ai vu des bandeaux relayer des rumeurs, sur des fusillades, des prises d’otages.

J’ai vu des hommes politiques ne pas vouloir être en reste, et créer la polémique sur des cadavres encore chauds.

J’ai vu un élu du peuple, regretter que les forces de l’Ordre ne soient pas armées de lance-roquettes, pour stopper un camion.

J’ai vu des politicards railler François Hollande, qui annonçait à midi la fin programmée d’un Etat d’Urgence qui n’avait que trop duré, et se trouvait dès la nuit tombée, confronté à ce que ledit Etat d’Urgence était censé empêcher –avec l’efficacité que l’on voit.

J’ai vu un cinglé, candidat à la Présidentielle, suggérer d’enterrer le corps du terroriste dans du lisier de porc, pour prévenir tout nouvel acte de ce genre.

J’ai vu des facebookiens et autres twittos rechercher leur heure de gloire, à coups de fausses rumeurs, de « bons mots », de pensées « profondes »

Oui, j’ai vu des membres de la fachosphère, ironiser sur « les routiers tunisiens sont sympas ».

J’ai vu des gens diffuser la photo d’un jeune dont ils étaient soi-disant sans nouvelles et qui n’était ni disparu, ni même à Nice.

J’ai vu un « vegan » s’insurger contre le fait que l’on s’indigne de « seulement » 80 morts alors que dans le même temps, des milliers d’animaux avaient péri dans les abattoirs.

J’ai vu des youtubeurs  indécents aller jusqu’à diffuser des images du camion fou, sur fond de leur musique préférée –en l’occurrence, du heavy metal.  D’autres diffuser des images où on les voit dîner tranquillement à l’abri en front de mer, à l’étage, et filmant les passants qui fuyaient en leur demandant « que se passe t’-il » ? », autant pour se renseigner eux-mêmes que pour alimenter le buzz.

Mais j’ai vu aussi des gens de foi, de toutes les religions, appeler à prier pour les victimes

J’ai vu le Pape et plusieurs évêques dire leur tristesse avec des mots sobres et forts.

J’ai vu les musulmans de France extrêmement réactifs à condamner l’attentat et à assurer la communauté nationale, dont ils font partie intégrante, de leur soutien.

J’ai vu la mise en place de solidarités tous azimuts, pour héberger des personnes, soigner, venir en aide, donner son sang, retrouver les disparus.

 J’ai vu des drapeaux en berne, une communauté meurtrie, mais toujours debout. Et digne.

Malgré l’horreur.

Malgré les indécences, médiocrités et égoïsmes de quelques-uns.

On reconnaît la force d’une communauté, d’une Nation, dans sa faculté à rester soudée dans les moments difficiles.

 Nous ne formons qu’un seul corps. Quand l’un des membres de ce corps souffre, c’est tout le corps qui souffre.

 Et c’est pour cela que nous guérirons.

Ecrivez un Commentaire

Commenter Gravatar

Je suis con ou bien... ? |
VICTOR OJEDA-MARI AUTEUR ET... |
Désintoxicateur |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Réseaux Sociaux
| EN AVOIR OU PAS
| Actions populaires françaises